Acouphènes

Qu'est-ce que les acouphènes ?

Les acouphènes sont définis par une sensation auditive anormale (bourdonnement, tintement) qui n’est pas provoquée par un son extérieur. 10 à 15% de la population en ont déjà fait l’expérience et 4 à 5% en sont affectés sévèrement.

Les acouphènes sont soit objectifs (entendus par un observateur extérieur) soit subjectifs (non entendus par un observateur extérieur).

Les acouphènes sont soit primaires (sans cause retrouvée) ou secondaires (si cause retrouvée), aigus si inférieurs à 6 mois, chroniques si supérieurs à 6 mois (Heller, 2003).

Focus sur l'oreille d'une femme atteinte d'acouphènes

Le mécanisme et la physiopathologie des acouphènes ne sont pas complètement connus.

Les acouphènes sont directement liés à des lésions des cellules de l’oreille interne (médicaments, âge, bruits) causant une perte d’audition. La perte d’input engendrée est à l’origine de changements plastiques cérébraux et d’une réorganisation des structures cérébrales impliquées dans la voie de l’audition (Moller, 2006).

La rTMS contre les acouphènes

Il existe peu de traitements. Donc développer une thérapie efficace contre les acouphènes constitue un challenge.

La neuromodulation par stimulation magnétique répétitive a été autorisée, par la FDA (Food Drug Administration) en 2008, par les recommandations françaises en 2011 et par les recommandations européennes en 2014, pour le traitement des acouphènes et a fait l’objet du plus grand nombre d’études scientifiques dans cette discipline.

Le taux de répondeurs à la rTMS (stimulation magnétique transcrânienne répétitive) est de 50% (Poeppl, 2018).

La stimulation du gyrus de Helsch à basse fréquence pendant 2 semaines permet de diminuer fortement les acouphènes (Folmer, 2015).

Nous utilisons également plusieurs protocoles incluant des cibles différentes, notamment le cortex préfrontal dorso-médian (dmPFC) (Kreuzer, 2018) et le cortex préfrontal dorsolatéral gauche (CPFDLG) (Noh, 2017) qui peuvent diminuer les acouphènes en cas d’échec de la stimulation du gyrus de Helsch.

De la même façon, la stimulation du nerf vague est une autre piste intéressante qui pourrait diminuer les acouphènes (Tyler, 2017).

Durée du traitement : Environ 2 semaines

Neural plasticity in tinnitus. Prog Brain Res. 2006;157:365-72. Møller AR.

Brain stimulation-induced neuroplasticity underlying therapeutic response in phantom sounds. Hum Brain Mapp. 2018 Jan;39(1):554-562. doi: 10.1002/hbm.23864. Epub 2017 Oct 24. Poeppl TB, Langguth B, Lehner A, Frodl T, Rupprecht R, Kreuzer PM, Landgrebe M, Schecklmann M.
Classification and epidemiology of tinnitus. Otolaryngol Clin North Am. 2003 Apr;36(2):239-48. Heller AJ1.

Repetitive Transcranial Magnetic Stimulation Treatment for Chronic Tinnitus: A Randomized Clinical Trial. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2015 Aug;141(8):716-22. doi: 10.1001/jamaoto.2015.1219. Folmer RL, Theodoroff SM, Casiana L, Shi Y, Griest S, Vachhani J.

A Comprehensive Review of Dorsomedial Prefrontal Cortex rTMS Utilizing a Double Cone Coil. Neuromodulation. 2018 Nov 8. doi: 10.1111/ner.12874. [Epub ahead of print]. Kreuzer PM, Downar J, de Ridder D, Schwarzbach J, Schecklmann M1 Langguth B.

Comparison of Treatment Outcomes Following Either Prefrontal Cortical-only or Dual-site Repetitive Transcranial Magnetic Stimulation in Chronic Tinnitus Patients: A Double-blind Randomized Study. Otol Neurotol. 2017 Feb;38(2):296-303. doi: 10.1097/MAO.0000000000001266. Noh TS, Kyong JS, Chang MY, Park MK, Lee JH, Oh SH, Kim JS, Chung CK, Suh MW.

Vagus Nerve Stimulation Paired with Tones for the Treatment of Tinnitus: A Prospective Randomized Double-blind Controlled Pilot Study in Humans. Sci Rep. 2017 Sep 20;7(1):11960. doi: 10.1038/s41598-017-12178-w. Tyler R, Cacace A, Stocking C, Tarver B, Engineer N, Martin J, Deshpande A, Stecker N, Pereira M, Kilgard M, Burress C, Pierce D, Rennaker R, Vanneste S.