Douleurs neuropathiques, centrales, périphériques ou faciales

Qu'est-ce que les douleurs neuropathiques ?

La douleur neuropathique constitue un problème important de santé publique en raison de sa prévalence atteignant près de 7% de la population générale et de l’efficacité souvent limitée des traitements actuellement disponibles.

En effet, seulement 30 à 40% des patients sont soulagés de plus de 50% de leur douleur par une approche pharmacologique.

La neuromodulation par stimulation magnétique répétitive a été autorisée, par la FDA (Food Drug Administration) en 2008, par les recommandations françaises en 2011 et par les recommandations européennes en 2014.

Photo d'un homme souffrant de douleurs neuropathiques

L’effet antalgique d’une seule séance est de courte durée. Il est donc nécessaire d’en faire plusieurs et même de faire des séances d’entretien pour prolonger l’effet dans le temps.

Selon les protocoles, le traitement d’attaque dure 10 jours à 4 semaines. Un traitement d’entretien pourra être également décidé en fonction des symptômes restants, à savoir, une fois par semaine à une fois par mois, pendant une durée de 6 à 12 mois.

La stimulation du cortex moteur (M1) diminue significativement la douleur: diminution d’au moins 30% chez plus de la moitié des patients, diminution de plus de 50% pour un tiers d’entre eux.

Le niveau de preuve de l’effet antalgique de la rTMS dans les douleurs neuropathiques est A – le meilleur niveau. La rTMS a également montré son efficacité dans d’autres douleurs non-neuropathique, en particulier la fibromyalgie.

La rTMS libère des béta-endorphines qui vont améliorer les douleurs.

Les cibles de traitement rTMS

Plusieurs cibles peuvent également être efficaces, notamment, le cortex préfrontal dorsolatéral gauche à haute fréquence (O Connell, 2018) et le cortex préfrontal dorsomédian à haute fréquence (D’Agata, 2015).

L’étiologie des douleurs neuropathiques est vaste.

Il s’agit de douleurs neurogènes réfractaires au traitement médical

  • soit d’origine centrale : post-AVC, membre fantôme, douleur thalamique, lésion médullaire (quelque soit l’origine : post-traumatique, inflammatoire)
  • soit d’origine périphérique : polyneuropathie, plexite, sciatique, névralgie cervico-brachiale, post-zostérienne, fibromyalgie, faciale : algie faciale, dentaires, névralgie trigéminale, névralgie d’arnold, névralgie pudendale, douleur oro-faciale, brûlure linguale, douleur dentaire et ORL, migraines chroniques, algie vasculaire de la face, algodystrophie, lombalgies. La rTMS a un taux de répondeurs de 35-60% avec une diminution de la douleur de 20 à 45% (Cruccu, 2016)
Un cerveau dans la paume de 2 mains représentant la médecine RTMs

Les différentes douleurs traitées

Les douleurs liées aux sciatiques et névralgie cervico-brachiales, réfractaires au traitement médical, concernent les patients récusés pour la chirurgie ou les syndromes douloureux chronique post-opératoires.

Concernant les migraines chroniques, l’injection de toxine botulique a une efficacité comparable à la rTMS. La stimulation du cortex moteur va diminuer de 71% la fréquence des crises de migraine et la sévérité des maux de tête (Shehata, 2016).

Concernant les névralgies faciales, la rTMS a un taux de répondeurs de 73% avec une diminution de la douleur supérieure à 30% (Hodaj, 2015).

Concernant les brûlures linguales, 75% des patients ont une diminution de la douleur supérieure à 50% après stimulation du cortex préfrontal dorsolatéral gauche (Umezaki, 2016).

Concernant les douleurs thalamiques, 40% des patients vont avoir une diminution de la douleur supérieure à 40% (Lin, 2018).

Concernant les lésions médullaires, la rTMS améliore la marche, la spasticité et diminue de plus de 30% la douleur (Nardone, 2017 ; De Araujo, 2017).

Concernant l’algodystrophie, le rTMS a un intérêt et permet de diminuer la douleur (Cruccu, 2016).

Concernant les douleurs du membre fantôme, les cibles sont le cortex moteur, l’aire motrice supplémentaire, aire primaire somato-sensorielle et le cortex préfrontal dorsolatéral gauche (Scibilia, 2018). La rTMS est intéressante car 60% des patients ont une diminution de la douleur de plus de 30% (Malavera, 2016).

Concernant la fibromyalgie, plusieurs cibles existent, notamment, le cortex moteur (Cruccu, 2016), le cortex cingulaire antérieur dorsal (Tzabazis, 2013)  et le cortex préfrontal dorso-latéral gauche (Fitzgibbon, 2018). La rTMS permet une diminution de la douleur plus de 30%.

Non-invasive brain stimulation techniques for chronic pain. Cochrane Database Syst Rev. 2018 Apr 13;4:CD008208. doi: 10.1002/14651858.CD008208.pub5. O’Connell NE, Marston L, Spencer S, DeSouza LH, Wand BM.

Double-Cone Coil TMS Stimulation of the Medial Cortex Inhibits Central Pain Habituation. PLoS One. 2015 Jun 5;10(6):e0128765. doi: 10.1371/journal.pone.0128765. eCollection 2015. D’Agata F, Cicerale A, Mingolla A, Caroppo P, Orsi L, Mortara P, Troni W, Pinessi L.

Treatment of Chronic Facial Pain Including Cluster Headache by Repetitive Transcranial Magnetic Stimulation of the Motor Cortex With Maintenance Sessions: A Naturalistic Study. Brain Stimul. 2015 Jul-Aug;8(4):801-7. doi: 10.1016/j.brs.2015.01.416. Epub 2015 Feb 7. Hodaj H, Alibeu JP, Payen JF, Lefaucheur JP.

The Efficacy of Daily Prefrontal Repetitive Transcranial Magnetic Stimulation (rTMS) for Burning Mouth Syndrome (BMS): A Randomized Controlled Single-blind Study. Brain Stimul. 2016 Mar-Apr;9(2):234-42. doi: 10.1016/j.brs.2015.10.005. Epub 2015 Oct 26. Umezaki Y, Badran BW, DeVries WH, Moss J, Gonzales T, George MS.

Clinical study of repetitive transcranial magnetic stimulation of the motor cortex for thalamic pain. Medicine (Baltimore). 2018 Jul;97(27):e11235. doi: 10.1097/MD.0000000000011235. Lin H, Li W, Ni J, Wang Y.
rTMS of the prefrontal cortex has analgesic effects on neuropathic pain in subjects with spinal cord injury. Spinal Cord. 2017 Jan;55(1):20-25. doi: 10.1038/sc.2016.87. Epub 2016 May 31. Nardone R, Höller Y, Langthaler PB, Lochner P, Golaszewski S, Schwenker K, Brigo F, Trinka E.

Effects of high-frequency transcranial magnetic stimulation on functional performance in individuals with incomplete spinal cord injury: study protocol for a randomized controlled trial. Trials. 2017 Nov 6;18(1):522. doi: 10.1186/s13063-017-2280-1. de Araújo AVL, Barbosa VRN, Galdino GS, Fregni F, Massetti T, Fontes SL, de Oliveira Silva D, da Silva TD, Monteiro CBM, Tonks J, Magalhães FH.

Resting-state fMR evidence of network reorganization induced by navigated transcranial magnetic repetitive stimulation in phantom limb pain. Neurol Res. 2018 Apr;40(4):241-248. doi: 10.1080/01616412.2018.1429203. Epub 2018 Jan 30. Scibilia A, Conti A, Raffa G, Granata F, Abbritti RV, Priola SM, Sindorio C, Cardali S, Germanò A.

Repetitive Transcranial Magnetic Stimulation for Phantom Limb Pain in Land Mine Victims: A Double-Blinded, Randomized, Sham-Controlled Trial. J Pain. 2016 Aug;17(8):911-8. doi: 10.1016/j.jpain.2016.05.003. Epub 2016 May 31. Malavera A, Silva FA, Fregni F, Carrillo S, Garcia RG.

Shaped magnetic field pulses by multi-coil repetitive transcranial magnetic stimulation (rTMS) differentially modulate anterior cingulate cortex responses and pain in volunteers and fibromyalgia patients. Mol Pain. 2013 Jul 2;9:33. doi: 10.1186/1744-8069-9-33. Tzabazis A, Aparici CM, Rowbotham MC, Schneider MB, Etkin A, Yeomans DC.

Evidence for the improvement of fatigue in fibromyalgia: A 4-week left dorsolateral prefrontal cortex repetitive transcranial magnetic stimulation randomized-controlled trial. Eur J Pain. 2018 Aug;22(7):1255-1267. doi: 10.1002/ejp.1213. Epub 2018 Apr 10. Fitzgibbon BM, Hoy KE, Knox LA, Guymer EK, Littlejohn G, Elliot D, Wambeek LE, McQueen S, Elford KA, Lee SJ, Enticott PG, Fitzgerald PB.

Repetitive transcranial magnetic stimulation versus botulinum toxin injection in chronic migraine prophylaxis: a pilot randomized trial. J Pain Res. 2016 Oct 7;9:771-777. eCollection 2016. Shehata HS, Esmail EH, Abdelalim A, El-Jaafary S, Elmazny A, Sabbah A, Shalaby NM.